Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
FIFA 13, les équipes à la loupe

L'ultime blog FIFA 13

Toulouse FC : le collectif

Publié le 5 Décembre 2012 par Ludovic FRANCISCO in fifa 13, toulouse, tfc, zebina, didot, djalo, ben yedder, regattin, sissoko

Toulouse FC : le collectif
Un axe central béton

La principale force du Téfécé n’est pas à aller chercher sur le front de l’attaque, dans son entrejeu ou sur les ailes, mais bien dans son axe défensif. Avec Zebina (75) et surtout Abdennour (78), le club languedocien possède en effet une charnière centrale très solide, renforcée par la présence de Capoue (79), au poste de sentinelle, qui fait office de premier rempart défensif. On ne vantera pas davantage les qualités du jeune international français à la récupération (82) ; on peut néanmoins mettre en exergue celles de Zebina (78) et, dans une moindre mesure, d’Abdennour (76). Le Tunisien partage en revanche avec Capoue cette même aisance dans l’art des tacles glissés (78). Au marquage, là aussi, le Téfécé possède trois joueurs au point : Abdennour et Zebina y sont particulièrement performants (80) et Capoue n’est pas loin derrière (75). Enfin, pour intercepter le ballon, les trois joueurs affichent des qualités comparables : Capoue est à 81, Zebina à 79, Abdennour à 78.

Toulouse FC : le collectif
Des joueurs au point physiquement

L’autre point fort du Téfécé, c’est de posséder des joueurs parfaitement au point physiquement. Ils sont d’abord à même de répéter les efforts durant toute une partie et c’est là un sacré avantage. A ce petit jeu, ce sont les milieux de terrain qui se distinguent : Capoue (92), Sissoko (92) et, dans une moindre mesure, Didot (82). Le Téfécé, ce sont ensuite des joueurs particulièrement puissants : derrière Abdennour et sa force herculéenne (90), on trouve des joueurs qui n’hésitent pas à faire parler leur force pour exploser les défenses : Braaten (78), mais surtout Sissoko (86) et Aurier (80) sont de ceux-là. Etre puissant et endurant, c’est bien, mais lorsque l’agressivité se met au service de ces qualités, c’est encore mieux : là encore, entre Abdennour (82), Capoue (80), M’Bengue (80), Aurier (80), Regattin et Sirieix (79), le club languedocien dispose de sacrés clients pour imprimer un rythme d’enfer aux adversaires.

Toulouse FC : le collectif
Un déficit technique au milieu

Si le Téfécé peut se targuer de posséder un milieu hargneux et travailleur, en revanche on ne peut pas dire que celui-ci soit particulièrement doué balle au pied. Si la qualité technique d’un joueur se mesure à la qualité de ses contrôles, alors le milieu toulousain n’est pas particulièrement gâté. A l’exception de Capoue (79) et de Tabanou (75), le reste de l’effectif affiche certaines lacunes à ce niveau-là : c’est le cas de Sissoko (74), Didot (74), Regattin (73) et Djaló (72). Pour réaliser des gestes techniques susceptibles de les dépêtrer d’une situation compliquée, il faudra là encore repasser : Capoue, Sissoko et Didot doivent se contenter d’un 2/5. Un constat particulièrement vrai pour Sissoko, qui à cela cumule une relative incapacité à jouer du mauvais pied (2/5).

Toulouse FC : le collectif
Un manque de qualité offensive

Le propre des jeunes talents, c’est de manquer, sinon d’enthousiasme, au moins de réalisme ou d’à propos dans les zones de vérité. Toulouse n’échappe évidemment pas à ce syndrome. A l’exception notable de Ben Yedder (finition 80, tête 77), l’équipe ne compte pas effectivement de grand finisseur : Djaló (74), Sissoko (72), Tabanou (70) et, plus problématique encore, Rivière (68) ! Ce constat est renforcé par le relatif manque d’intelligence global des attaquants toulousains : Sissoko (75), Rivière (74), Djaló (74) limitent la casse, mais Ben Yedder (70), Braaten (69) et Tabanou (68) sont clairement insuffisants dans le placement offensif. Pour frapper depuis l’extérieur de la surface, le constat n’est pas plus reluisant en terme de précision : si Tabanou (75) et Regattin (75) ne s’en sortent pas trop mal, on ne peut pas en dire de même de Djaló (74), Sissoko (69) et, une fois encore, Rivière (68).

Toulouse FC : le collectif
Des joueurs de couloir rapides

A défaut de posséder un véritable « killer » aux avant-postes, Toulouse peut néanmoins compter sur des joueurs de couloir particulièrement actifs. Si Tabanou est avant tout un passeur, son pendant côté droit, Djaló, est d’abord un pur sprinteur : grâce à sa vitesse (92), son accélération (87) et son agilité (90), le Portugais peut débloquer la situation dans son couloir et amener le ballon dans la surface. Derrière, le Téfécé est pourvu de latéraux tout aussi véloces : M’Bengue (accélération 84, vitesse 79) et Aurier (accélération 80, vitesse 79) sont les candidats idéaux pour écarter un jeu trop concentré dans l’axe. Pour effectuer des centres précis, préférez le Sénégalais (78) ; pour apporter le surnombre, sollicitez l’Ivoirien, peu avare d’efforts (forte contribution offensive, endurance 88).

Toulouse FC : le collectif
Un banc inégal

L’avantage du club toulousain, c’est qu’il peut compter sur un effectif nombreux. Pas moins de 8 joueurs peuvent prétendre à une place sur le banc. Petit hic : le niveau est assez déséquilibré. A certains postes, vous n’avez que l’embarras du choix : Braaten (71) et surtout Rivière (73) sont parfaitement aptes à remplacer Ben Yedder, voire à jouer à ses côtés. Au poste de milieu excentré, Regattin (72) est tout à fait capable de suppléer efficacement Tabanou ou Djaló. Au poste de latéral, Ninkov (70) offre une alternative acceptable à Aurier côté droit. Blondel (70), dans les cages, n’est pas ridicule à côté de Ahamada. Certains postes en revanche sont mal représentés : en cas de défaillance d’un défenseur central, Yago (63) est un peu juste. Même constat au milieu, ou ni Akpa-Akpro (66) ni Sirieix (66), n’est suffisamment performant pour remplacer les habituels titulaires.

Commenter cet article

Samuel 09/06/2013 11:43

Juste pour info parce que ça me fait tiquer (étant toulousain^^),mais Toulouse c'est dans le Languedoc x)